CLITOCYBE AMOENOLENS



Espèce: Clitocybe amoenolens Malençon.

Synonymes: Paralepistopsis amoenolens (Malençon) Vizzini, comb. nov.

Noms communs: Clitocybe à odeur agréable. Allem: Parfümierter Trichterling.

Chapeau: 3-8 cm, charnu, longtemps convexe, puis aplani et parfois un peu en entonnoir vers la fin; marge longtemps enroulée. Cuticule ocre pâle à beige sale avec le centre brunâtre clair.

Lamelles: décurrentes, moyennement serrées, crème à ocre pâle.

Pied: 3-8 x 0,5-1,5(2) cm, subcylindrique, la base souvent un peu épaissie par un amas fibrilleux cotonneux blanchâtre qui amalgame les aiguilles. Concolore au chapeau mais en beaucoup plus clair: blanchâtre à crème pâle au début, parfois un peu plus foncé sur les vieux exemplaires.

Chair: ferme, crème pâle, saveur douceâtre, odeur fortement aromatique, agréable, difficile à définir, comme un mélange de poire et de muscari racemosum, rappelant certains parfums féminins. Dans sa diagnose originale, Malençon la compare à celle d'Inocybe corydalina "odore suavi grato, idem ac Inocybe corydalina !" Cette odeur persiste longtemps après la dessiccation.

Spores: crème rosâtre en masse, elliptiques, lisses, 4-5 x 3-3,5 µ.

Habitat: sous conifères en moyenne montagne. Toutes nos récoltes ont eu lieu aux alentours de 1000 m d'altitude, sous pins sylvestres, dans la litière d'aiguilles et brindilles qui sont agglomérés par le mycélium. Cependant, l'espèce viendrait également  sous mélèzes, en altitude. PA Moreau, dans un article publié sur le site du laboratoire d'écologie alpine de l'Université de Savoie, a écrit: "C. amoenolens semble écologiquement bien circonscrit, limité aux fonds de vallées sèches et aux versants sud de l'étage montagnard des Alpes calcaires ; la vallée de la Maurienne, autour de Lanslebourg (où il est abondant sous mélèzes du 15 août au 15 septembre) représente actuellement sa limite septentrionale. Il est connu des Hautes-Alpes, des Alpes Maritimes, des Abruzzes (Italie) et du moyen-Atlas (Maroc)".

Observations: vénéneux. Cette espèce décrite du Maroc par Malençon a déjà causé quelques empoisonnements de type érythermalgique en Savoie. Un clitocybe japonais, C. acromelalga Ichimura, est connu depuis le début du 20ème siècle pour provoquer des empoisonnements aux symptômes voisins de ceux causés par C. amoenolens.  -> A lire..
Il est à noter que ce champignon à aussi provoqué des empoisonnements en Italie, et qu'il vient d'être à nouveau signalé en 2013 dans les Alpes Maritimes par Francis Maggi, mycologue de Nice. Un nouveau genre, Paralepistopsis Vizzini, gen. nov., vient d'etre créé : Mycotaxon, Volume 120, pp. 253–267 April–June 2012.

Bibliographie: extraits de Mycofile, logiciel de bibliographie de J.Trimbach:
- BINOME ACTUEL: Clitocybe amoenolens Malençon
- BASIONYME: Clitocybe amoenolens(n.n.pour C.fallaciosa Mal.) Malençon ap. Mal. et Bertault
- DESCRIPTION ORIGINALE: Champ.sup.du Maroc 2 p.141,1975

- Bon,1983,Doc.Myc.,fasc.51 p.16 (sub Clitocybe amoenolens)
- Bon,1987,Bull.Féd.Myc.Dauph.-Savoie 105 p.28, pl.fig.a-b (sub Clitocybe amoenolens)
- Brunelli,2003,Bull.Valaisan de Mycologie 29 pp.13-15 (sub Clitocybe amoenolens)
- Cabi Bioscience,1971-1980,Index of Fungi 4 p.404 (sub Clitocybe amoenolens)
- Flammer et Horak,2003,Giftpilze-Pilzgifte, pl.70 (sub Clitocybe amoenolens)
- Fons,Rapior,Frouchier et al.,2006,Cryptogamie, Mycologie 27(1) pp.45-55 (sub Clitocybe amoenolens)
- Horak,2005,KKF II b2 (6° éd.) p.107 (sub Clitocybe amoenolens)
- Leonardi,Ciulli,Pacioni,Recch.,2002,Micol.e Veget.Mediterran.17(2), pl.133-142 (sub Clitocybe amoenolens)
- Malençon et Bertault,1975,Champ.sup.du Maroc 2 pp.138-141, pl.8 +fg.21 (sub Clitocybe amoenolens) (n.sp.)
- Malençon,1959,C.R.Soc.Sci.Nat.Phys.Maroc 1 p.23 (sub Clitocybe fallaciosa) (n.sp.)illég.
- Neville et Poumarat,1998,Bull.Féd.Myc.Dauph.-Savoie 151 pp.5-8 (sub Clitocybe amoenolens)
- Poumarat et Neville,1993,Bull.FAMM 4 pp.16-19, pl.p.48 (sub Clitocybe amoenolens)
- Singer,1978(79),Sydowia 31 p.210 (sub Clitocybe amoenolens)
.